513- le clocher

 
 
 
 
 

Son pignon Ouest surmonté d’un petit campanile menaçant ruine fut remplacé entre  1649 et 1650 par un clocher mur du type dit lannionais ; ce clocher est formé de deux  baies rectangulaires, surmontées d’une troisième et d’un petit clocheton en forme de dôme; dans  chacune des 3 baies est suspendue une cloche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Histoire du clocher :

  • Au début du XVIIe siècle le clocher menace ruines 
    Le rapport de visite de 1605 (AD 22 -cote  H 519) mentionne 
    "…. au pignon de ladicte église ung campanile de pierre  en lequel sont deux cloches sonnantes de moyenne grosseur ; lequel pignon a besoing de reparation pour estre trop chargé dudict campanille …. "
    E
    t sous le rectorat de Louis Sallun il est noté dans le compte rendu de la visite de 1614 " payé douze livres pour descendre la pointe du clocher qui menaçait de tomber et ensuite descendre et remonter les cloches …(A1)"

 

  • Au milieu du XVII e  siècle le clocher va devoir être reconstruit ; en 1649 sous Guillaume  Le Roux recteur de Saint-Laurent (recteur  de 1632 à 1674 ) et le commandeur du Palacret Jacques de Jalesmes  ( commandeur du Palacret de 1641 à 1658   ) un marché est passé pour  la reconstruction du pignon et du clocher de l’église; cette entreprise avance rapidement et  sur le compte rendu du 29 avril 1650  il y a  " .. décharge de la somme de neuf cent soixante livres payées par François Janin et Jan Lanhelbat , fabriques et marguilliers , à Jan Le Louet  entrepreneur à  Guingamp  et à ses associés Jan Prigent et Guillaume Labbé (A1).

     Cette entreprise de reconstruction va se traduire par  un procès devant la cour de Rennes (A2, A3) déclenché par " haut et puissant messire Louis de Rohan, prince de Gueméné, comte de Rochefort, marquis de Marigny, seigneur de la chatellenie du Poirier..»  Ses armes qui auraient été présentes sur l’ancien clocher  auraient été effacées sur le nouveau  et dans sa requête il revendique le titre de seigneur fondateur de l’église.

       

       Dans sa requête présentée le  29 novembre 1650    nous pouvons lire   «  … fait intimer et signifier … à Guillaume Le Roux recteur …, Pierre  Le Roux et Jan Guyomar marguillers, Jacques de Jalesme commandeur dudict lieu ….
dit que de tout temps immémorial … mémoire d’homme , voir dès avant plusieurs siècles, les armoiries des seigneurs du Poirier sont aux plus éminents lieux de l’église paroissiale de Saint-Laurent Lanlouran voisine dudit château du  Poirier, par exprès dans la grande porte d’icelle église, au-dessous du clocher il y a un grand écusson en bosse et pierre et la billette soutenue de deux lions,, au timbre en face avec lambresquins couronnés et surmontés d’un arbre de poirier  o son fruit de poire, ce qui  dénote  une ancienne preuve de fondation.
Vu que dedans les vitres du chœur il y a quelques écussons des Poiriers ; l’un de messire Jan sieur du Poirier, comte de Quintin, l’autre de dame Ollive de Rouyer sa première femme.
Ce que reconnaissent notoirement les paroissiens dudit Saint-Laurent.
Faisant marché de rebâtir le clocher de leur église mi tombé de caducité ils conditionnèrent  que ledit écusson serait conservé en son entier et forme ancienne  au moyen d’une voute sur le portail, ce qui a été fait.
Mais les artisans, par l’instigation sourde de quelque ambitieux, ont premièrement mis une croix simple sans écusson dans le beau milieu du dit clocher, ce qui ayant été toléré quelques mois ils ont posé une croix  à huit pointes dans la galerie au haut dudit clocher, et mis les armoiries du commandeur du Palacret  et son nom dans la cloche neuve à la fonte.
Quelles innovations  et entreprises préjudiciant aux droits honorifiques, prééminences  et prérogatives du seigneur du Poirier …
 »

Après diverses requêtes, réquisitions et arrêts  la cour enjoint le plaignant et les mis en cause de produire les actes qui  pourraient justifier de leurs droits. Le commandeur du Palacret fourni plus de vingt documents, couvrant la période 1525 à 1646,  apportant la preuve de ses droits et prééminences sur la dite église. La cour  note  le 19 avril 1652, que «  la production du prince de Guéméné  est blancq et sans aucun acte … ».


Le 9 juillet 1652  la cour de Rennes statue en ces termes «  nous avons déboutté et débouttons ledit de Rohan de ses demandes ;
et en conséquence avons maintenu et maintenons  ledict commandeur de Jalesme au droit de fondateur, patronnage, présentation de la rectorye de ladicte église et tout autour lui appartenant;
avec deffance à touttes personnes de luy troubler a l’advenir directement ou indirectement et avons condamné ledict de Rohan aux dépans de l’instance.
fait aux requestes du pallaye à Rennes le neuffiesme jour de juillet mil six cents cinquante deux.. »

 

 

 

 

 

 

Reconstitution, par Alain Berdé, des armes de la seigneurie du Poirier qui figuraient avant 1650 sur le clocher de l’église, telles que décrites dans la procédure ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

  •     Le 27 juillet 1650 il y  a bénédiction d’une cloche nommée Jeanne par le seigneur Jacques de Jalesmes,  commandeur du Palacret  et Jeanne du Dresnay dame de Kernavalet, de la Roche Huon, Trobescond.
    Le 24 septembre 1656 bénédiction d’une seconde cloche nommée Louis Jean par noble Louis du Large et dame de Trobescond. En 1843 le recteur de l’époque notera que ce fut la seule cloche qui fut conservée parmi les anciennes.
    Vincent le Brizault, recteur de Saint-Laurent à partir  de 1822, a fait acheter une nouvelle cloche, grâce aux dons des paroissiens.
  •      A compter de 1727 les rapports de visite mentionnent  la présence d’une horloge dans la tour .La dernière mention de son existence date de 1758 avec la mention  "demande à être réparée".

  •    Lors de la visite de 1727 le recteur Charles le Breton déclare avoir payé 310 livres « pour réparer la tour endommagée par le tonnerre et la couverture de l’église … ».

  •    Le recteur Quémar fit relever la croix et la pointe  du clocher qui étaient tombés sous l’effet de l’ouragan du 28 mars 1836.

 

 

 

 

 

 

 

Annexes relatives au clocher :


 A1 :

 Mémoires de M. Quémar  recteur de Saint-Laurent  -archives diocèse de St Brieuc

A 2 :

 Compte rendu de la visite d’améliorissement de la commanderie du Palacret en 1655 AD22 cote H 519

A 3 :

  Année 1654 papier censif et déclaratif de la commanderie du Palacret AD22 cote H 509

 

 

 



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Comments