514- Le chevet

 
 
 
 

 
Vitrail du chevet de l’église de Saint-Laurent.

 

 
Un des vitraux de la  chapelle de Keramanach. Observer la similitude de construction de cette baie avec celle de Saint-Laurent.

 
 
 

 

 Sous l’ancien régime toutes les visites, réalisées par les Hospitaliers de St Jean de Jérusalem,  de la commanderie du Palacret,  concernent également  l’église de Saint-Laurent (en principe une visite tous les 5 ans réalisée par le grand prieuré d’Aquitaine).

Toutes ces visites notent la présence dans la maitresse vitre des armes de la religion (croix des Hospitaliers – dite à 8 pointes ou croix de Malte à partir du XVIII e siècle – croix d’argent sur fond de gueules), ainsi que  les armes des commandeurs du Palacret.

Il semble qu’à partir de 1841, date à laquelle fut installé  dans le retable le tableau de la cène, les vitraux  du chevet, déjà en partie masqués par le retable, devinrent  invisibles depuis  l’intérieur  de l’église. Ils ne furent plus réparés et furent progressivement  remplacés par de simples verres translucides.

Jusqu’à la révolution de 1789 la chapelle de Keramanach en Plounévez -Moedec  dépendait de la commanderie du Palacret. Les différents rapports de visite des XVII e  et XVIII e  siècles mentionnent  dans la maîtresse vitre, en "supériorité ", les armes de la religion  ainsi que les armes du commandeur du Palacret Pierre de Keramborgne. Les vitraux de cette chapelle, datés de la fin du XV e  siècle, ont été restaurés à la fin du  XX e  siècle  tout en conservant pour l’essentiel  les anciens vitraux du XVe siècle. Il parait donc logique de penser au vu des photos ci-dessous  que les vitraux de Saint-Laurent étaient semblables à ceux de cette chapelle de Keramanach.

 

 

  

Partie haute du vitrail  derrière le maitre autel de  la chapelle de Keramanach – photo Mathieu  Venuat.

 

Description extraite de l’ouvrage " les vitraux de Bretagne " :

«  vitraux originaux datés de la période 1490 – 1500.
 

 6 lancettes trilobées et tympan à 64 ajouts répartis en 3 groupes, l’un dans la partie supérieure les 2 autres formant chacun le tympan de 3 lancettes. 

Hauteur 7 m, largeur 4 m.

 
Décors des lancettes réalisées en 1979 par l’atelier Hubert de Sainte Marie avec réemploi dans les têtes des lancettes de quelques pièces anciennes.
 

Vitraux anciens dans le tympan : anges porteurs de phylactères, motifs végétaux, rosettes, soleil, et armoiries. 

Armoiries de Bretagne en supériorité. 

En-dessous, celles de Kermelec répétées (en partie refaites). 

En-dessous, dans la partie gauche du tympan les armoiries de Quénécan et alliance, de lancelot de Quénécan et de son épouse Marie du Guesclin.

 

En-dessous, dans la partie droite du tympan les armoiries partie de Boissieu et de Tournemine,

de Boisssieu et alliances  et de Yvon du Halgouet et de Jeanne du Bois sa femme. 

Quelques réparations dans les parties anciennes mais armoiries 

Verrière probablement réalisée en 1491. 

Panneaux des lancettes détruits à une date non connue. 

Vitrerie des lancettes et dernière réparation des panneaux du tympan réalisée par l’atelier Hubert de Sainte Marie vers 1979 ».

  

 

 

 

 

 

 

 

 

Détail sur la  croix centrale  du vitrail de Keramanach ci-dessus 

 

Cette croix serait attribuée aux armoiries de Plougras  et non pas  aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem. La forme en est similaire mais il y aurait une inversion des couleurs entre argent et rouge.

Comments